e

Archive

sam 29 octobre | 20:30
Humour Théâtre
Après avoir revisité les droits de la femme avec « Et pendant ce temps, Simone veille ! », la troupe du Pompon s’attaque avec humour à la laïcité.

sam 05 novembre | 10:00
○☼ Ciné jeune
Se coucher dans l’herbe, observer une libellule, puis un oiseau, ouvrir grand les yeux pour s’émerveiller de la magie qui nous entoure et surtout… rêver !

mar 08 novembre | 14:00
♡☼ Théâtre
L'histoire d'Elise Bouthors, jeune fille fuyant l'Allemagne nazie avec sa famille pour arriver dans les Hautes-Pyrénées.

jeu 17 novembre | 20:30
Musique
Soir#1 : Beauté et introspection au programme de ce premier soir, avec le luthiste d'avant-garde Jozef Van Wissem et Jarboe, ex-chanteuse des Swans...

ven 18 novembre | 20:30
Musique
Soir#2 : le groove sexy d'Elyas Khan et le post-punk dansant du duo Dear Deer...

sam 19 novembre | 20:30
Musique
Soir#3 : Un trio de japonaises en tournée en Europe et un hommage plus vrai que nature à The Cure...

lun 21 novembre | 10:00
○☼ Ciné jeune
Yuku, l’héroïne du film, a compris que la musique offrait le pouvoir de se faire des amis, d’exprimer ses sentiments, d’exorciser sa tristesse, de crier sa révolte… Elle charme avec ce ukulélé que lui a transmis sa grand mère et en variant les rythmes et les styles, Elle chante et communique l’envie irrésistible de danser ensemble.

lun 21 novembre | 14:00
○☼ Ciné jeune
Le Parisien : "Le résultat est à la hauteur de cette aventure hors norme : ce film, dont on sort avec une envie irrépressible de tout lâcher, de jeter son smartphone et de s’enfuir loin de tout pour aller caresser des yaks et partir à la rencontre d’enfants merveilleux et d’éleveuses solaires chantant divinement, fait un bien fou."

mar 22 novembre | 09:30
○☼ Ciné jeune
Quatre ans après le délicieux long métrage Dilili à Paris, le réalisateur renoue ainsi avec son amour pour les « recueils » de contes qui, de Princes et princesses (2000) à Kirikou et les hommes et les femmes (2012), n’a cessé de l’inspirer.

mar 22 novembre | 14:00
○☼ Ciné jeune
Franceinfo Culture: "La guerre est dénoncée comme manipulation des consciences, effacement de l'individu au profit de la raison d'Etat. Lucas Belvaux donne priorité au récit sur la forme, il s'efface pour mieux dénoncer la grande histoire qui écrase la petite. "